Cruauté dans la fiction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cruauté dans la fiction

Message par autofic le Sam 26 Sep - 13:09

Pensez-vous qu'il y a plus de cruauté dans vos/nos fictions ou dans la réalité ?

Spoiler:
Je m'inspire d'un post de Guillaume Duhan sur Twitter


Dernière édition par autofic le Dim 6 Déc - 14:14, édité 1 fois
avatar
autofic
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4817
Age : 24
Localisation : Southampton

http://marie-tinet.alphasync.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Dewen le Sam 26 Sep - 13:14

Oh !
Une discussion :)
Alors, pour moi tout dépend de la cruauté ^^
L'auteur, en soi, est assez cruel, surtout quand il s'amuse avec les émotions des personnages, qu'il leur fait traverser de terribles épreuves, qu'il en tue, etc.
Et dans l'histoire, même si tout dépend de l'histoire, bien sûr qu'il y en a. Il n'y a qu'à regarder. Tuer n'est pas anodin ; et dans la fantasy ça le devient. Mais est-ce de la cruauté ? Je ne sais pas. Ordonner une mise à mort l'est aussi, tout autant qu'un génocide.
Et c'est là que c'est génial. Parce que la fiction, qu'on le veuille ou non, est un reflet de la réalité. Une réalité dure et cruelle. Donc je pense que oui, il y a plus de cruauté dans la fiction, mais que c'est plus compliqué qu'on le pense ^^

_________________
Je redécouperai, promis.

Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous

"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
avatar
Dewen
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4775
Age : 17
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par autofic le Sam 26 Sep - 13:33

Dans ce que j'écris il y a moins de cruauté que dans la réalité c'est certains. Je ne pense pas pouvoir écrire de l'horreur, ce qu'il s'est passé et se passe à Gaza par exemple et bien plus cruel à mes yeux que ce que j'écris.
avatar
autofic
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4817
Age : 24
Localisation : Southampton

http://marie-tinet.alphasync.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Dewen le Sam 26 Sep - 13:47

Je suis d'accord avec toi ^^
Mais perso moi ce que j'écris, je pense que sur certains points ça doit égaler la cruauté du monde actuel. Et (même si au début c'était irréfléchi) je fais exprès. Certaines décisions qui vont être prises reflètent la cruauté humaine, et des actes le font aussi très bien. Comme je l'ai dit, tout dépend aussi de l'œuvre :)

_________________
Je redécouperai, promis.

Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous

"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
avatar
Dewen
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4775
Age : 17
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Bidule le Sam 26 Sep - 16:46

Pas facile comme question, mais à mon sens, je crois qu'il y a beaucoup plus de cruauté dans la réalité : l'être humain ne semblant jamais à court d'imagination quand il est question d'inventer de nouvelles horreurs.

Je ne sais pas si mes textes sont spécialement cruels... en fait, même mes textes d'horreur, je les pense assez gentillets en comparaison de ce que font d'autres auteurs et de ce que je peux lire parfois sur certains faits divers. Par ailleurs, j'ai tendance à trouver plus durs et éprouvants des textes s'inspirant directement de faits réels (Et même pire : racontant tout simplement une réalité quelconque) que les textes de pure fiction, aussi gores ou cruels qu'ils puissent être. :u
avatar
Bidule
Scribtonaute Introduit
Scribtonaute Introduit

Masculin Messages : 124
Localisation : Picardie

http://erwindoe.eklablog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par gaya tameron le Dim 18 Oct - 13:04

Je pense tout comme Bidule que mes histoires ont beau être sombres, et cruelles parfois, elles n’ont rien de commun avec ce que l’humanité est capable de perpétrer. 
Par exemple, je ne torture jamais les animaux ou les enfants.
Je m’y refuse tout simplement, parce que ce sont des êtres sans défense !
avatar
gaya tameron
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 3697
Age : 40
Localisation : Jura

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Dewen le Dim 18 Oct - 13:06

Hahaha moi je suis parfaitement capable de faire souffrir des enfants et des êtres sans défense !devil!
Nan mais c'est les persos qui veulent ça aussi :D

_________________
Je redécouperai, promis.

Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous

"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
avatar
Dewen
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4775
Age : 17
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par autofic le Ven 4 Aoû - 23:51

Je relance le débat en te demandant @dewen pourquoi fais tu souffrir des enfants ? Qu'est-ce que tu éprouves durant l'écriture de ces passages ?
avatar
autofic
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4817
Age : 24
Localisation : Southampton

http://marie-tinet.alphasync.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Dewen le Sam 5 Aoû - 0:06

Je ne sais pas du tout à quoi je faisais allusion à l'époque, mais je peux en reparler ^^
J'ai un passage dans Destins croisés qui a été particulièrement difficile à écrire. Il correspond actuellement au chapitre 12. Je décris pas mal d'horreurs dedans (C'est d'ailleurs sûrement pas adapté à un jeune public), mais c'est pas par plaisir, davantage par nécessité. Quand j'ai écrit le passage, j'avais un genre de plan avec un cahier des charges de ce que je devais mettre dans ce chapitre. Les enfants, c'est assez symbolique, ça représente l'innocence. Dans ce passage, je peux donc prouver que l'ennemi s'attaque à tous, même (Et en particulier) aux enfants. Mais très honnêtement, c'était pas de la tarte à écrire. Quand je me suis rendu compte de ça, j'ai eu un geste de recul et j'ai pensé "oh mon dieu j'ai vraiment pensé et écrit ça ?" (Je suis un bisounours en plus).
Anyway, j'ai écrit d'autres scènes où des enfants souffrent depuis, c'est pas facile, surtout quand j'ai la scène qui s'imprime dans ma tête. Mais je reste focus sur ce que je dois écrire, je me concentre, fais une pause ou autre :)
Les souffrances infligées à des enfants, pour moi, ca permet de prouver la cruauté sans limites d'une personne, ça interpelle forcément, ça fait penser "Ah oui. Ah d'accord. Même les enfants." Bref c'est assez intéressant, même si c'est un peu dur :)

_________________
Je redécouperai, promis.

Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous

"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
avatar
Dewen
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4775
Age : 17
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par autofic le Sam 5 Aoû - 0:19

Intéressant ton explication @dewen, mais peut-être un peu facile ? Je veux dire qu'il y a pire que de torturer des enfants, je crois, et puis les enfants ne sont pas toujours des saints, surtout dans la littérature. Torturer un enfant qui dévore des bambins pour son quatre heures, c'est pas la même chose que de frapper le visage d'enfant le plus doux qu'on puisse imaginer. @gaya tameron disait que les enfants sont sans défense. Je ne suis pas vraiment d'accord. Un enfant peut être armé ou avoir des mauvaises intentions. C'est pas le plus courant, d'accord, mais ça reste possible, non ? Il n'y a qu'à voir les faits divers, ces histoires de pédophilies entre frères, pour citer un exemple frappant.

---

C'est marrant parce qu'en y réfléchissant mes personnages sont pas cruels avec les autres en général, mais avec eux mêmes. Ils se font souffrir, ou alors c'est l'environnement. C'est le cas tout particulièrement de ma nouvelle Grains de sable où les personnages subissent la cruauté de la nature. Dans ma novella Paupières froissées, le constat est identique. C'est la société qui va boulverser le quotidien de Uberta, pas quelqu'un en particulier. Je crois que je n'aime pas le rôle du méchant en fait, et à part dans Mutation, où je me suis bien amusée avec les monstres (mais qui là aussi font partie de l'environnement, plus que d'être des personnages en fait).
avatar
autofic
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4817
Age : 24
Localisation : Southampton

http://marie-tinet.alphasync.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Dewen le Sam 5 Aoû - 0:27

J'aime ce genre d'écrits @autofic, quand le vrai souci est le perso ou bien l'environnement. C'est intéressant je trouve :)
(Je suis en train de me dire que Dewen a un peu évolué comme ça, notamment au niveau des tomes 2 et 3)



Effectivement, c'est un peu facile, mais bon, les enfants, dedans, ils sont anonymes, éviscérés, éventrés, égorgés, une gamine manque de se faire violer, etc. Le fait qu'ils soient sans défense sert l'histoire, ici. On se fiche de savoir ce qu'ils ont fait ou ont été, ils sont jeunes et n'auraient pas dû mourir, quoi Wink la cruauté chez les enfants n'est pas un thème que j'ai pour le moment envie d'aborder. (Même si quand j'y pense, dans mon roman one shot, on envoie des enfants au front (et le front transforme les gens en monstres pour survivre) et Dewen a tué des tas de fois avant d'avoir 12-13 ans déjà (Alors avant le début de l'histoire... voilà quoi :D sauf que ce n'est pas cruel) Je pense que c'est encore assez dur pour moi ^^

_________________
Je redécouperai, promis.

Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous

"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
avatar
Dewen
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4775
Age : 17
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par autofic le Sam 5 Aoû - 0:29

C'est pas cruel de tuer ? Tout dépend de la définition et des situations, c'est sûr.
avatar
autofic
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4817
Age : 24
Localisation : Southampton

http://marie-tinet.alphasync.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Dewen le Sam 5 Aoû - 0:33

C'est cruel, je pense, mais tout dépend de la situation, je pense. Par exemple, dans mon one shot, certaines scènes font écho à la première guerre mondiale. Les morts étaient parfois assez cruelles, c'était violent, bestial. Là c'est cruel. Dewen ne tue jamais en y prenant du plaisir, simplement parce qu'elle doit le faire (ah, la fantasy... ce genre littéraire où tuer est anodin :D). Je suis d'accord avec toi Wink

_________________
Je redécouperai, promis.

Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous

"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
avatar
Dewen
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4775
Age : 17
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par autofic le Sam 5 Aoû - 0:35

Et c'est pas cruel un auteur qui fait tuer des personnages à son héroïne adolescente ? What a Face
avatar
autofic
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4817
Age : 24
Localisation : Southampton

http://marie-tinet.alphasync.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Dewen le Sam 5 Aoû - 0:39

De base, un auteur qui fait risquer sa vie à un perso, c'est cruel :D
c'est une bonne question que je ne me suis jamais posée :o: hum, je pense que ça l'est, mais je ne suis pas sûre. Dans la logique de mon univers, je ne sais pas. La plupart des gens sont entraînés très tôt pour qu'ils maîtrisent et leurs pouvoirs et les armes. Ça permet de survivre quoi :think: bon du coup je sais pas :D

_________________
Je redécouperai, promis.

Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous

"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
avatar
Dewen
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4775
Age : 17
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Enkidoux le Jeu 7 Sep - 18:32

Même dans mes fictions les plus noires, je reste bien en de-ça des horribles choses qui se passent en ce bas-monde :p

_________________
Blog écriture : http://www.enkidoux.fr
Blog fictions interactives / jeux : http://www.feldo.fr
avatar
Enkidoux
Apprenti Scribtonaute
Apprenti Scribtonaute

Masculin Messages : 70
Localisation : Montpellier

http://www.enkidoux.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Cannac le Ven 8 Sep - 12:24

Hmm, question intéressante à laquelle je suis confronté depuis quelques mois étant dans l'écriture d'un récit qui se veut particulièrement violent, j'apporte ma pierre aux dix fils (pavé incoming) :

Tout d'abord je pense qu'il y a une question de contexte qui se pose, le même acte de cruauté n'aura pas le même impact en fonction de ce qui l'entoure dans un récit. Pour moi une histoire uniquement basée sur la cruauté avec des meurtres et de la torture du début à la fin n'a aucun impact, c'est typique des films d'horreurs, où à force de voir des mecs se faire étriper, ben ça te fait pas grand-chose. Alors qu'au milieu d'une comédie par exemple, là ça serait très violent, même en ''hors champ'' pas besoin d'assister à la scène pour qu'elle fasse mal.

Mais le truc que je trouve essentiel dans la cruauté c'est d'impliquer le lecteur, de faire ressortir le côté voyeur et même passif du lecteur qui, en plus d'assister à la scène, n'intervient pas et laisse l'action se dérouler, là c'est brutal, surtout quand on a créé de l'empathie pour le personnage et que son sort est inattendu. Il ne suffit pas de créer des situations horribles, une violence gratuite (des gens qui torturent des gosses par exemple), ça aurait pour effet de créer une distance, quelque chose de très froid qui n'implique pas le lecteur et donc la scène sera sans effet. Alors que si on créé une réelle proximité, là ça fait mal, mais il faut être sans concessions, blesser le lecteur doit être un impératif, tu peux pas faire une scène violente tout en voulant ménager le spectateur.

Après, pour la question du sens de la violence et de sa nécessité, c'est pas quelque chose d'indispensable, j'aurai même tendance à penser que la violence injustifiée et "gratuite" est la forme à privilégier (ça n'existe pas la violence gratuite, trop souvent on essaye de la justifier alors que c'est pas utile).

Donc voilà, même si vous avez raison dans l'absolu de dire que dans le fond, la réalité reste bien plus cruelle que la fiction (déjà parce qu’elle fait réellement souffrir des personnes existantes), la fiction a cet avantage de créer un point de vue et c'est selon moi l'aspect à travailler, le côté psychologique est primordial, et la façon de raconter un évènement, le rapport entre le narrateur et le lecteur peut être beaucoup plus cruel que la situation en elle-même, et c'est sur cet élément qu'il faut mettre le doigt et qui va rendre la fiction plus horrible que la réalité, c'est la question du point de vue.

PS : il y a un film qui répond magistralement à la question c'est funny games. Le spectateur est complètement pris à parti pendant tout le film, les agresseurs torturent la famille pour le spectateur, pour le film en fait, ce qui implique notre responsabilité, et je trouve ça brillant. Le réalisateur disait à propos de son film « pour stopper la violence, vous n’avez qu’à sortir de la salle ». De plus ce film montre la mise à mort d'un des agresseurs, un événement libérateur pour le spectateur, il parait que les gens ont applaudi ce moment pendant la projection à cannes : ils ont applaudi un meurtre. Et c'est ce qui fait de ce film un modèle dans la question de la violence et le rend bien plus cruel que la réalité d’après moi.

_________________
''Nous sommes faits de l'etoffe dont sont tissés les vents.'' Caracole
avatar
Cannac
Scribtonaute Introduit
Scribtonaute Introduit

Masculin Messages : 146
Age : 23
Localisation : Montpellier

http://cannacmist.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Dewen le Sam 9 Sep - 12:37

@Cannac je suis plutôt d'accord avec ton avis (et tu me donnes presque envie de regarder funny games pour l'expérience... j'ai dit presque :D (je ne suis pas vraiment adepte des films avec beaucoup de violence)). Après, certaines scènes cruelles n'ont pas le temps, selon moi, d'impliquer le lecteur à 100%. Le genre du roman et le public visés, à mon avis, ne permettront pas toujours ça.

Mais ça reste une piste intéressante !

_________________
Je redécouperai, promis.

Je suis la connerie de votre intelligence. – @Miaous

"Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît."
William Somerset Maugham
avatar
Dewen
Maître Scribtonaute
Maître Scribtonaute

Féminin Messages : 4775
Age : 17
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cruauté dans la fiction

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum